Louvain (Belgique) - 9 -10 Novembre 2004
Colloque organisé par
Conseil européen des Responsables religieux pour la Paix

Construire la Paix par la Coopération plurireligieuse

Les membres du Conseil européen des Responsables religieux/Religions pour la Paix (European Council of Religious Leaders - ECRL) ont réitéré leur engagement à la coopération plurireligieuse pour une paix juste et pour la stabilité en Europe. L'ECRL s'offre comme partenaire aux institutions européennes, convaincu qu'un tel partenariat est essentiel pour faire face aux défis que l'Europe doit affronter dans ses transformations actuelles.

Cette réunion du Conseil, la troisième depuis sa création en 2002, s'est tenue à Louvain (Belgique). La capitale de la Belgique, Bruxelles, symbolise aujourd'hui pour bien des Européens et beaucoup de pays la
nouvelle Europe en train de se construire. Au cours de la réunion, des responsables religieux de haut niveau appartenant à diverses traditions religieuses et provenant de nombreuses parties de l'Europe ont continué à
dialoguer. Les représentants d'institutions politiques responsables du maintien et dr renforcement de la paix, de la démocratie et de la stabilité en Europe, telles que l'Union européenne, le Conseil de l'Europe, l'OTAN et
le Pacte de Stabilité pour l'Europe du Sud-Est, ont pris une part active à ce dialogue.

L'ECRL accueille avec satisfaction l'élargissement de l'Union européenne qui s'est réalisé le 1er mai 2004 avec l'entrée de dix nouveaux Etats membres. Des négociations sont en cours avec d'autres Etats en vue de leur
adhésion. Parmi eux figurent des pays des Balkans ainsi que la Turquie, le premier qui ait une population en majorité musulmane. Cette transition apporte à la fois des défis et de nouvelles chances pour l'avenir. L'ECRL considère que pour le succès de ce processus, l'Union européenne a besoin de partenaires dans la société civile. Le Conseil lui offre son partenariat et s'engage à travailler avec l'Union et ses institutions comme le prévoit une déclaration adoptée à cette réunion. L'ECRL noue entre les églises, les mosquées, les synagogues, les temples et les gurudwaras d'Europe des réseaux qui transcendent les frontières nationales à travers toute la région et qui sont en relation avec le reste du monde.

L'ECRL presse l'Union européenne de mettre en place un mécanisme pour un dialogue effectif, ouvert et transparent avec les communautés de croyants, conformément à l'article 52 de sa nouvelle constitution. Ce mécanisme devrait être inclusif, participatif et non compétitif ; il devrait viser à aider l'Union à mieux comprendre les sentiments religieux dominants dans les diverses régions et les différentes traditions de l'Europe. Il devrait être un lieu d'échange d'idées et d'initiatives en vue de la paix et de la stabilité. L'ECRL est prêt à servir comme l'un des partenaires majeurs de cette entreprise.

L'ECRL condamne les actes de violence récemment commis en Europe, dont des assassinats, ainsi que tout acte de violence. La violence commise au nom de la religion, est une violence contre la religion. Haïr au nom de Dieu, c'est haïr Dieu lui-même.

L'ECRL déplore l'interdiction des objets et symboles religieux tels que foulards islamiques, calottes juives, grandes croix chrétiennes et turbans sikhs dans les écoles publiques. L'ECRL estime que le port d'une tenue religieuse prescrite ne devrait pas être considéré comme une atteinte aux principes laïcs d'aucun Etat. L'ECRL estime qu'une telle interdiction menace la liberté individuelle de pratiquer sa religion et qu'elle est donc en contravention avec les droits humains universels.

Les membres de l'ECRL ont pris note avec inquiétude de la croissance de l'anti-sémitisme, de l'islamophobie etd'autres manifestations du racisme en Europe. L'ECRL soutient le travail du Centre européen sur le Racisme et la Xénophobie (EUMC) ; il recommande que toutes les communautés de croyants engagent des actions positives pour combattre le racisme, notamment par des programmes d'éducation et des échanges de jeunes.

Les responsables religieux de haut niveau des pays de l'Europe du Sud-Est avaient été spécialement invités à cette réunion de l'ECRL. Au cours de la rencontre, ils ont mené un dialogue actif en vue de marcher dans la voie de la vérité, de la justice et de la réconciliation dans leurs propres pays.

L'ECRL encourage le Conseil interreligieux de Bosnie-Herzégovine et le Conseil interreligieux du Kosovo à poursuivre leur engagement de travailler à guérir les cicatrices laissées par la guerre et à construire une paix juste. Il y a là de profondes leçons à recevoir : les leçons amères qu'enseigne la brutalité des conflits ethniques récents ; les leçons d'espoir nées du courage avec lequel se forge une paix durable. L'ECRL encourage de même les communautés de croyants et diverses autres parties en Bosnie-Herzégovine à contribuer à la mise en place dans ce pays d'une Commission pour la Vérité et la Réconciliation.

L'ECRL encourage en outre la communauté internationale, en particulier le Conseil de l'Europe et l'UNESCO, à poursuivre leurs initiatives pour la reconstruction des monuments et sites religieux du Kosovo. Le Conseil invite ces organismes à étendre leur aide à la communauté musulmane de Serbie.

L'ECRL accueille aussi avec satisfaction la croissance et les progrès d'un réseau de responsables religieux de l'Europe du Sud-Est poursuivant le dialogue, l'échange d'expériences et la recherche des moyens de forger la paix, la stabilité et la sécurité dans toute la région.